jeudi 21 juin 2018

Où l'argent passe

g.h. Glencore résout un des nombreux problèmes au Congo-Kinshasa. Congo-Kinshasa est un pavé d'affaires difficile pour l'entreprise suisse de matières premières Glencore qui avait eu peu de problèmes depuis longtemps, mais à l'heure actuelle, les difficultés dans notre pays s'accumulent. Une menace a été évitée.

Le groupe suisse de matières premières Glencore a mis fin à son différend avec l'entreprise publique Gécamines au sujet d'une coentreprise au Congo-Kinshasa. Cela a permis à Glencore d'éviter une éventuelle expropriation d'un important gisement de cuivre et de cobalt. La société minière congolaise a intenté une action en justice en avril et a accusé Glencore de rendre le paiement des dividendes impossible avec des dettes émises à l'interne. La sous-capitalisation existait déjà depuis un certain temps et aurait dû être corrigée à la fin de l'année dernière, mais cela ne s'est pas produit. La société congolaise détient 25 % de la Kamoto Copper Company, le reste appartient à la société minière Katanga, cotée à Toronto, qui à son tour appartient à 86 % à Glencore.

L'entreprise suisse est prête à payer pour cela : sur les quelque 9 milliards de dollars de dettes émises au sein du groupe d'entreprises, 5,6 milliards de dollars sont pratiquement radiés. La somme sera convertie en fonds propres de Kamoto, tout en maintenant le ratio entre la Gécamines et la filiale Glencore. La part de l'entreprise publique n'est pas diluée. Pour le reste de l'encours de la dette de 3,4 milliards de dollars, un taux d'intérêt maximal de 6 % et un remboursement prolongé ont été convenus. Auparavant, le taux d'intérêt moyen des prêts aurait dû être d'environ 8 %. Katanga paie également 150 millions de dollars à la Gécamines pour régler d'anciens différends. Un paiement supplémentaire de plus de 41 millions de dollars et la renonciation aux paiements que la Gécamines devait faire de 342 millions de dollars dans le cadre du soutien sera ajouté. L'entreprise publique abandonne son procès pour cela.

Malgré les calculs lourds, de nombreux analystes ont été satisfaits des résultats, ce qui s'est également reflété dans les augmentations de prix des actions Katanga et Glencore. Par rapport au scénario de l'expropriation ou de l'annulation totale des dettes, l'accord maintenant conclu est nettement meilleur. Kamoto est une mine importante pour Glencore, qui augmentera considérablement la production de cuivre et de cobalt au cours des prochaines années.

Mais les problèmes de Glencore au Congo-Kinshasa ne sont pas encore terminés. Le pays dans lequel l'ancien président Joseph K. reporte une élection parce qu'il n'est plus autorisé à se présenter en vertu de la Constitution a récemment annoncé une nouvelle loi minière, qui est combattue non seulement par Glencore mais aussi par d'autres sociétés internationales telles que Randgold, Ivanhoe Mines ou China Molybdenum. Le nouveau régime prévoit une augmentation des droits de licence et des taxes.

Dan Gertler, ancien partenaire commercial de Glencore au Congo-Kinshasa, a également poursuivi la société suisse pour redevances impayées. Glencore se trouve dans le dilemme suivant : Gertler, qui serait un ami de l'ancien président K., a été inscrit sur une liste de sanctions par les États-Unis en décembre dernier pour corruption. Les entreprises, y compris celles qui font affaire avec Gertler en dehors des États-Unis, pourraient être soumises à une interdiction américaine. Glencore cherche donc un moyen d'effectuer les paiements sans violer les dispositions relatives aux sanctions.

Récemment, il est également apparu que le Serious Fraud Office (SFO) britannique pourrait ouvrir une procédure contre Glencore pour enquêter sur les relations entre Gertler et la société suisse.

Cependant, l'accord entre la Gécamines et Glencore montre que l'État africain ne poursuit pas une politique d'expropriation, ce qui pourrait être un signal positif pour l'investissement. Alors que les entreprises occidentales évitent de plus en plus le Congo-Kinshasa en raison des difficultés, les entreprises chinoises se sentent plus à l'aise : récemment, le conglomérat Citic Metal a acquis une participation de 20% dans Ivanhoe Mines, qui construit deux mines de cuivre au Congo-Kinshasa.

La société suisse paiera désormais les droits de licence en euros et non plus en dollars et n'impliquera pas de personnes américaines dans la transaction. Glencore s'attend à se conformer aux sanctions. L'affaire a apparemment fait l'objet de discussions avec les autorités suisses et américaines. Il n'était pas clair si Washington était d'accord avec la procédure. A l'avenir, des redevances trimestrielles d'environ 27 millions d'euros sont attendues. Au Royaume-Uni, une enquête sur la corruption pourrait être ouverte contre Glencore au sujet des activités de Gertler.

jeudi 14 juin 2018

Jean-Pierre Bemba Gombo libre

Nouvelle confirmée
Condamné pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre, acquitté pour erreurs de procédure: Jean-Pierre Bemba Gombo est maintenant provisoirement libéré de prison par la Cour pénale internationale.

Les juges de La Haye ont imposé des conditions strictes à l'ancien vice-président du Congo jusqu'à un autre procès début juillet. Par exemple, il ne peut ni entrer en contact avec les témoins de son procès ni faire de déclarations publiques au sujet du procès. Selon son avocat, Bemba a rejoint sa famille à Bruxelles.

Bemba a été arrêté il y a dix ans et condamné à 18 ans de prison en juin 2016. La Cour était convaincue que les rebelles avaient assassiné, violé et pillé en République centrafricaine voisine sous son contrôle. Les juges d'appel ont infirmé la condamnation vendredi pour de graves erreurs de procédure et l'ont acquitté.

* ** *** ** *
Maintenant, Jean-Pierre Bemba Gombo est officiellement innocent - et ses partisans sont en colère à cause de dix ans volés. En même temps, ils se préparent. Le vendredi soir, les étudiants ont déjà célébré à Kinshasa, où Bemba 2006 a été particulièrement populaire. Son retour pourrait devenir un soulèvement populaire s'il est autorisé à y entrer.

Et ensuite? Par chance, la commission électorale du Congo a rencontré les partis politiques ce même mardi pour discuter la liste des candidats aux élections prévues en décembre.

Un Bemba libre gâche maintenant tous les calculs. Et la mascotte du parti du MLC n'a jamais semblé aussi appropriée que maintenant: la fourmi - travailleuse et persévérante.

Commentaire par Espérence Monoko Polele

-----------------------------------------------------------
Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).

jeudi 31 mai 2018

Pourquoi Kabila laisse mourrir d'Ebola le peuple

Le virus mortel se propage depuis des semaines et 25 personnes sont déjà mortes. La crainte d'un drame comme 2014/2015 en Afrique de l'Ouest s'accroît. La raison en est qu'il n'y a ni d'information pour la population, ni de système de santé fonctionnel.

"Nous sommes très préoccupés par l'épidémie d'Ebola au Congo ", déclare Tarik Jašarević, porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sur demande. Le virus Ebola fait rage dans la province de l'Équateur depuis plusieurs semaines. À ce jour, 45 personnes présentant des symptômes évidents d'infection à Ebola ont été retrouvées, dont 25 sont décédées. En raison du manque d'installations de diagnostic dans les villages très reculés, dont certains ne sont même pas accessibles par la route, seuls trois cas ont été confirmés jusqu'à présent par des tests de laboratoire.

L'OMS est très préoccupée par l'épidémie actuelle. On sait qu'en relativement peu de temps, il y a eu de nombreuses personnes infectées et de nombreux décès. Trois des défunts sont des infirmières. Les experts en maladies soupçonnent donc que l'épidémie d'Ebola de cette année se poursuit sans être détectée depuis un certain temps.

Une autre source de préoccupation est la situation géographique des villages aujourd'hui touchés. Ils reposent sur un lac d'où partent les fleuves Congo et Ubangi - artères de transport vers la métropole de Kinshasa. Apparemment, le virus est déjà parti, car jeudi, l'OMS a annoncé que deux frères avaient définitivement contracté l'Ebola dans la mégalopole de Mbandaka, à une bonne centaine de kilomètres au nord de la région de l'épidémie. Les hommes avaient déjà assisté à des funérailles dans un village où Ebola était omniprésent.

Le nouveau programme de vaccination pour les personnes âgées, les voisins et les collègues de travail sera introduit ce week-end sur une base volontaire. Jusqu'à présent, l'OMS a identifié 431 personnes de contact. De plus, tout le personnel médical des régions déjà touchées, ainsi que les directeurs de funérailles, doivent recevoir la vaccination unique.

Cette fois, l'OMS a réagi très rapidement. En coopération avec MSF, la Croix-Rouge et d'autres partenaires, des laboratoires de diagnostic mobiles, des départements spéciaux Ebola dans les centres de santé locaux et un pont aérien avec hélicoptères entre Kinshasa, Mbandaka et Bikoro ont déjà été mis en place, et des campagnes de sensibilisation ont été lancées au Congo et dans neuf pays voisins.

* ** *** ** *

Dire que M. K., l'ancien président, voulait l'épidémie d'Ebola, est peut-être une exagération. Mais lui et ses claqueurs l'ont au moins supporté. 

Prenez la corruption et l'incompétence: l'argent disparaît dans les poches de M. K. et de sa famille, alors qu'en dépit des années du programme des cinq chantiers, nous n'avons toujours pas une seule liaison de transport raisonnable dans toute la province. Nous soulignons depuis des années que cinq chantiers  sont absolument inadéquats pour un pays de cette taille.


Prenze l'information: Ebola est relativement facile à prévenir si vous suivez quelques règles de base (voir notre édition de la semaine passé). M. K. et son gouvernement gonflé ont des stations de radio et de télévision. Néanmoins, ils attendent que les gens meurent comme des mouches et laissent à l'OMS le soin d'informer la population. Car un peuple informé commence à réfléchir, ce qui est dangereux pour les despotes.


Prenez la décentralisation: Chaque entreprise paie 40% d'impôt sur les sociétés. Il n'en reste pas un seul franc dans notre province. Tout est avalé par le colosse de Kishasa. Le système de santé ne comprend que les ruines des hôpitaux coloniaux et le jardin d'herbes aromatiques de la grand-mère.


commentaire par Dieudonné Lolémo Pilipíli

jeudi 24 mai 2018

Kéba na Ebola!

La maladie à virus Ebola (auparavant appelée fièvre hémorragique à virus Ebola) est une maladie grave, souvent mortelle, dont le taux de létalité peut atteindre 90%. Comme son nom l’indique, elle est due au virus Ebola.

Elle est apparue pour la première fois en 1976, lors de deux flambées simultanées, l’une à Yambuku, un village dans le territoire de Bumba (Mongala), et l’autre dans une zone isolée du Soudan. On ignore l’origine du virus mais les données disponibles actuellement semblent désigner certaines chauves-souris frugivores (Ptéropodidés) comme des hôtes possibles.


Comment l’être humain est-il infecté par le virus?

L’être humain s’infecte par contact soit avec des animaux infectés (en général en les dépeçant, en les cuisant ou en les mangeant), soit avec des liquides biologiques de personnes infectées. La plupart des cas surviennent à la suite de la transmission interhumaine qui se produit lorsque du sang, des liquides biologiques ou des sécrétions (selles, urine, salive, sperme) de sujets infectés pénètrent dans l’organisme d’une personne saine par l’intermédiaire d’une lésion cutanée ou des muqueuses.

L’infection se produit également en cas de contact entre une lésion cutanée ou les muqueuses avec des articles ou des environnements contaminés par les liquides biologiques d’un sujet infecté. Il peut s’agir de vêtements, de la literie, de gants, d’équipements de protection et de déchets médicaux souillés, par exemple des seringues hypodermiques.

Qui est le plus exposé au risque?

Lors d’une flambée, les personnes les plus exposées sont:
  • les agents de santé;
  • les membres des familles en contact étroit avec les personnes infectées;
  • les parents ou amis en contact direct avec le corps du défunt lors des rites d’inhumation.

Pourquoi considère-t-on que ceux qui participent aux rites d’inhumation sont exposés au risque de contracter la maladie à virus Ebola?

La charge virale reste élevée après le décès, de sorte que les corps de ceux qui sont morts de cette maladie ne doivent être manipulés que par des personnes portant un équipement de protection individuel suffisant et ils doivent être enterrés immédiatement.

L’OMS recommande que seules des équipes d’inhumation formées et équipées pour enterrer les défunts correctement, sans risque et dans la dignité, s’occupent du corps des personnes décédées de la maladie à virus Ebola.

Peut-on prévenir la maladie à virus Ebola?

On peut se protéger de l’infection par le virus Ebola en appliquant des mesures spécifiques de prévention et de lutte, 
  • se laver les mains, 
  • éviter tout contact avec les liquides biologiques de cas suspects ou confirmés d’Ebola, et 
  • en s’abstenant de manipuler ou de préparer les corps des défunts si le virus Ebola est la cause suspectée ou avérée du décès.
Lisangá lya molɔ́ngɔ́ liye litáli bokɔ́lɔ́ngɔ́nú bwa nzóto (Organisation mondiale de la santé)