jeudi 25 avril 2019

Le programme spatial congolais

En 1977, le président du Zaïre Joseph-Désiré Mobutu ambitionne d'envoyer des satellites en orbite. Il s'allie à un jeune ingénieur allemand, Lutz Kayser, qui cherche justement des terrains proches de l'équateur pour lancer ses fusées. La première est envoyée le 17 mai 1977, à 20'000 mètres d'altitude. Accusé de faire ces essais à des fins militaires par la France, le Zaïre doit interrompre son programme spatial.

https://www.rts.ch/2019/01/09/18/28/10125568.image/16x9/scale/width/900
Derniers contrôles avant le lancement
de Troposphère V en 2009. (photo RTS)
C'était il y a dix ans, en septembre 2009, que le lancement d'une fusée congolaise, Troposphère 5, était immortalisé dans un reportage de France Ô, qui se termine par l'envol à l'horizontale de l'engin et son crash. Par contre, ce n'était pas du tout un échec. Il y a en fait plein de choses qui avaient marché.

L'ingénieur derrière le programme spatiale congolais, c'est Jean-Patrice Kéka. Il est le créateur de l'entreprise "Développement Tous Azimuts" (DTA). Cet ingénieur a pour objectif de mettre en orbite des satellites depuis le Congo.

Cette volonté de faire un programme spatial, ce qui est pratiquement le sommet du rêve technologique dans un pays où c'est un oxymore, est extraordinaire, même si les résultats ne sont pas à comparer avec ceux des Américains, des Chinois, des Européens ou des Russes. Pendant que ces pays-là dépensent des billiards de francs par an, l'ingénieur Kéka est loin de cela. Pour Troposphère VI en 2019, beaucoup plus cher que les précédents, il a besoin de 20 millions de francs seulement.



Son programme spatial "Troposphère" a déjà lancé trois fusées, dont une première en 2007 qui atteint 1500 mètres. Si la seconde en 2009 décolle jusqu'à 15 km d'altitude, la troisième, elle dévie de sa trajectoire et s'écrase. Pas de quoi décourager l'ingénieur qui s'attelle depuis à la conception de la fusée Troposphère 6.

Pour financer le lancement de Troposphère VI cet été, papa Kéka a besoin de 20 millions. Pas de dollar - de francs congolais seulement. Il a lancé une souscription publique. C'est probablement l'opportunité unique de participer au financement d'une mission spaciale!



Pour soutenir le lancement de Troposhère VI à partir de 15$ (avec des sommes plus élevés, vous pouvé opténir des photos, votre nom inscrits sur la fusé ou une partie originale de Troposphère V.

Vingt milles dollars est un montant dérisoire, mais suffisant, expliqua l'ingénieur congolais à la Radio Suisse en février cette année: "C'est faisable grâce à une approche que nous avons développée ici et que j'appellerais "approximations multiples", très empirique, parce qu'on ne dispose pas des moyens nécessaires pour faire comme les autres."

Pour éviter des coûts de fabrication exhorbitants, l'équipe de 20 personnes utilise les moyens du bord en les perfectionnant. Pour les fusées test, des boîtes à lait ont servi de fuselage, et les composants électroniques récupérés dans des décharges. (is/rts)

jeudi 18 avril 2019

Christophe Baseane Nangaa Gouverneur du Haut-Uélé

C’est le vendredi passé que la Commission électorale nationale indépendante a affiché le résultat de ce scrutin. D’après ces résultats provisoires de la centrale électorale, c’est le député provincial du territoire de Wamba, également sénateur de sa province, Christophe Baseane Nangaa (Lamuka) qui a été élu Gouverneur du Haut-Uélé avec 13 voix contre 7 pour Jean-Pierre Lola Kisanga. Aussitôt après l’annonce des résultats, le nouveau gouverneur de province a été célébré par des centaines voir des milliers d’habitants sortis spontanément dans les rues de la capitale provinciale.
Un cortège avec le nouveau gouverneur s’est dirigé vers la mythique place de Mendambo d’Isiro. Juste avant le point de chute, le gouverneur élu a été obligé, par ses compatriotes de l’ethnie Nande de monter sur le Tshipoyi qui l’a ramené jusqu’au lieu du meeting. Sur place, le gouverneur élu a été accueilli notamment par le très influant député provincial et national, Paulin Odian d’Isiro.

Bien qu’étant de l’opposition Lamuka, l’élu a justifié sa présence aux côtés du nouveau gouverneur, qui selon lui, est un homme d’écoute qui devra être à l’écoute de ses concitoyens pour qu’afin, les défis qui s’imposent au Haut Uélé puissent être résolus d’une manière collective. Quant au gouverneur, il a promis de se mettre vite au travail pour le développement du Haut Uélé d’où son appel à la mobilisation générale pour la réussite de cette mission.

Lors de son discours de campagne lundi devant les élus provinciaux, celui qui n’était alors que candidat a pris l’engagement de mettre en place un gouvernement paritaire dès la prise de ses fonctions. Avec son pragmatisme d’hommes d’affaires, Christophe Baseane Nangaa a promis d’en faire le fil conducteur de sa gouvernance.  
par José-Junior Owawa

jeudi 21 juin 2018

Où l'argent passe

g.h. Glencore résout un des nombreux problèmes au Congo-Kinshasa. Congo-Kinshasa est un pavé d'affaires difficile pour l'entreprise suisse de matières premières Glencore qui avait eu peu de problèmes depuis longtemps, mais à l'heure actuelle, les difficultés dans notre pays s'accumulent. Une menace a été évitée.

Le groupe suisse de matières premières Glencore a mis fin à son différend avec l'entreprise publique Gécamines au sujet d'une coentreprise au Congo-Kinshasa. Cela a permis à Glencore d'éviter une éventuelle expropriation d'un important gisement de cuivre et de cobalt. La société minière congolaise a intenté une action en justice en avril et a accusé Glencore de rendre le paiement des dividendes impossible avec des dettes émises à l'interne. La sous-capitalisation existait déjà depuis un certain temps et aurait dû être corrigée à la fin de l'année dernière, mais cela ne s'est pas produit. La société congolaise détient 25 % de la Kamoto Copper Company, le reste appartient à la société minière Katanga, cotée à Toronto, qui à son tour appartient à 86 % à Glencore.

L'entreprise suisse est prête à payer pour cela : sur les quelque 9 milliards de dollars de dettes émises au sein du groupe d'entreprises, 5,6 milliards de dollars sont pratiquement radiés. La somme sera convertie en fonds propres de Kamoto, tout en maintenant le ratio entre la Gécamines et la filiale Glencore. La part de l'entreprise publique n'est pas diluée. Pour le reste de l'encours de la dette de 3,4 milliards de dollars, un taux d'intérêt maximal de 6 % et un remboursement prolongé ont été convenus. Auparavant, le taux d'intérêt moyen des prêts aurait dû être d'environ 8 %. Katanga paie également 150 millions de dollars à la Gécamines pour régler d'anciens différends. Un paiement supplémentaire de plus de 41 millions de dollars et la renonciation aux paiements que la Gécamines devait faire de 342 millions de dollars dans le cadre du soutien sera ajouté. L'entreprise publique abandonne son procès pour cela.

Malgré les calculs lourds, de nombreux analystes ont été satisfaits des résultats, ce qui s'est également reflété dans les augmentations de prix des actions Katanga et Glencore. Par rapport au scénario de l'expropriation ou de l'annulation totale des dettes, l'accord maintenant conclu est nettement meilleur. Kamoto est une mine importante pour Glencore, qui augmentera considérablement la production de cuivre et de cobalt au cours des prochaines années.

Mais les problèmes de Glencore au Congo-Kinshasa ne sont pas encore terminés. Le pays dans lequel l'ancien président Joseph K. reporte une élection parce qu'il n'est plus autorisé à se présenter en vertu de la Constitution a récemment annoncé une nouvelle loi minière, qui est combattue non seulement par Glencore mais aussi par d'autres sociétés internationales telles que Randgold, Ivanhoe Mines ou China Molybdenum. Le nouveau régime prévoit une augmentation des droits de licence et des taxes.

Dan Gertler, ancien partenaire commercial de Glencore au Congo-Kinshasa, a également poursuivi la société suisse pour redevances impayées. Glencore se trouve dans le dilemme suivant : Gertler, qui serait un ami de l'ancien président K., a été inscrit sur une liste de sanctions par les États-Unis en décembre dernier pour corruption. Les entreprises, y compris celles qui font affaire avec Gertler en dehors des États-Unis, pourraient être soumises à une interdiction américaine. Glencore cherche donc un moyen d'effectuer les paiements sans violer les dispositions relatives aux sanctions.

Récemment, il est également apparu que le Serious Fraud Office (SFO) britannique pourrait ouvrir une procédure contre Glencore pour enquêter sur les relations entre Gertler et la société suisse.

Cependant, l'accord entre la Gécamines et Glencore montre que l'État africain ne poursuit pas une politique d'expropriation, ce qui pourrait être un signal positif pour l'investissement. Alors que les entreprises occidentales évitent de plus en plus le Congo-Kinshasa en raison des difficultés, les entreprises chinoises se sentent plus à l'aise : récemment, le conglomérat Citic Metal a acquis une participation de 20% dans Ivanhoe Mines, qui construit deux mines de cuivre au Congo-Kinshasa.

La société suisse paiera désormais les droits de licence en euros et non plus en dollars et n'impliquera pas de personnes américaines dans la transaction. Glencore s'attend à se conformer aux sanctions. L'affaire a apparemment fait l'objet de discussions avec les autorités suisses et américaines. Il n'était pas clair si Washington était d'accord avec la procédure. A l'avenir, des redevances trimestrielles d'environ 27 millions d'euros sont attendues. Au Royaume-Uni, une enquête sur la corruption pourrait être ouverte contre Glencore au sujet des activités de Gertler.

jeudi 14 juin 2018

Jean-Pierre Bemba Gombo libre

Nouvelle confirmée
Condamné pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre, acquitté pour erreurs de procédure: Jean-Pierre Bemba Gombo est maintenant provisoirement libéré de prison par la Cour pénale internationale.

Les juges de La Haye ont imposé des conditions strictes à l'ancien vice-président du Congo jusqu'à un autre procès début juillet. Par exemple, il ne peut ni entrer en contact avec les témoins de son procès ni faire de déclarations publiques au sujet du procès. Selon son avocat, Bemba a rejoint sa famille à Bruxelles.

Bemba a été arrêté il y a dix ans et condamné à 18 ans de prison en juin 2016. La Cour était convaincue que les rebelles avaient assassiné, violé et pillé en République centrafricaine voisine sous son contrôle. Les juges d'appel ont infirmé la condamnation vendredi pour de graves erreurs de procédure et l'ont acquitté.

* ** *** ** *
Maintenant, Jean-Pierre Bemba Gombo est officiellement innocent - et ses partisans sont en colère à cause de dix ans volés. En même temps, ils se préparent. Le vendredi soir, les étudiants ont déjà célébré à Kinshasa, où Bemba 2006 a été particulièrement populaire. Son retour pourrait devenir un soulèvement populaire s'il est autorisé à y entrer.

Et ensuite? Par chance, la commission électorale du Congo a rencontré les partis politiques ce même mardi pour discuter la liste des candidats aux élections prévues en décembre.

Un Bemba libre gâche maintenant tous les calculs. Et la mascotte du parti du MLC n'a jamais semblé aussi appropriée que maintenant: la fourmi - travailleuse et persévérante.

Commentaire par Espérence Monoko Polele

-----------------------------------------------------------
Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).