jeudi 7 mars 2013

Les accords d'Addis-Abeba ne changeront rien

Le discoureur annonce:
Bla, bla, bla de plus.
(Fides) – Le peuple se méfie de l’accord d’Addis-Abeba (voir notre édition de jeudi passé). Il sait que tout ces accords signés dans le passé n'ont montré aucun résultat positiv ou au moins neutre. 

Les représentants de l'église catholique ont envoyé une dépêche au Vatican dans laquelle ils déplorent que une fois de plus, cet accord ne va pas à la racine du problème. Le premier problème sont les groupes armés étrangers d’origine rwandaise (FDLR) et Ougandaise (LRA, ADF-Nalu). Ceci montre qu’au Rwanda et en Ouganda il y a aussi des problèmes non résolus. Sinon ces groupes armés n’auraient aucune raison pour se réfugier dans le Uele, l'Ituri et le Kivu. Selon les hommes de l'église, même une opération militaire avec un mandat plus robuste ne sera pas suffisante. Ils demandent une action internationale vis-à-vis des régimes rwandais et ougandais, afin qu’eux aussi s’engagent dans un processus de démocratisation et de réconciliation dans leurs Pays respectifs.

Une autre problème non resolu, mais très fondamentale sont les ressources naturelles. L’accord prévoit en effet de «renforcer la coopération régionale, notamment par le renforcement de l’intégration économique, avec une attention particulière à la question de l’exploitation des ressources naturelles». Ceci dit tout et rien. Cela pourra même dire qu'une matière première, peu importe où elle se trouve, appartient à tous et peut être partagée entre tous. C'est au moins l'interprétation du Réseau Paix pour le Congo. 
par L.M.

paru dans Itimbiri ya Sika du 7 mars 2013
© 2013 Sika Sika SPRL, Aketi

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentaires en français et en lingála sont acceptés. Il doivent être signé. Avant la publication, ils sont lus par la rédaction.