jeudi 19 juillet 2012

Le Rwanda et M. Kabila financent le M 23

Commandant du M 23
approche Goma.
Le chef de l'armée, un certain M. Kabila fourni des armes aux rebelles et collabore avec le Rwanda. Des Rebelles congolais sont approchés depuis le week-end jusqu'à 40 kilomètres de Goma. Kinshasa accuse le Rwanda d'être derrière l'attaque. Ce qui est aussi dit dans un rapport de l'ONU.

Les rebelles du M 23, qui compend des ex-soldats de l'armée congolaise et des milices rebelles congolais tutsis ont uni leurs forces, s'avança sur les pentes occidentales du massif des Virunga et de la frontière congo-rwandaise vers le sud et sont une journée de marche à partir de Goma. Les insurgés avaient pris le dimanche de Rutshuru, à 70 kilomètres au nord de Goma.

Kinshasa a envoyé des renforts de troupes à Goma le mardi et a décollé à cet effet, les unités de chez nous au nord du pays où ils font avec le soutien des instructeurs américain la chasse aux terroristes de Joseph Kony.

Le M 23 comprend d'anciens dirigeants du Congrès National pour la Défense du Peuple (CNDP), qui avait été intégrés dans l'armée congolaise le 23 avril 2009. Le M 23 exige la mise en œuvre pleine et entière des accords d'il y a trois ans.

Dans la conquête économique du Rwanda, des hommes d'affaires du pays voisin ont acheté terrains, matières premières et entreprises, souvent soutenus par les Banyamulenge,  congolais de l'éthnie des tutsi. Le proteste de Kigali que le Rwanda officiel n'étaient pas impliqués dans les aventures militaires et économiques dans l'Est, sont donc qu'à moitié vrai.

Mais selon des experts de l'ONU, il y a aussi la deuzième partie de la vérité. et l'ONU l'a dit clairement dans un nouveau rapport. Dans un appendice de 44 pages, l'implication des dirigeants rwandaise et de son armée est décrite dans un certain nombre de détails et des preuves. Kigali soutien donc à la fois le M 23 et six autres groupes rebelles dans l'est avec des armes, des munitions, des fournitures médicales et la formation militaire, écrivent les auteurs.

Le rapport contient des détails sur les réunions des membres du personnel armée rwandaise à mobiliser les hommes d'affaires et les politiciens à Goma, afin qu'ils rejoindent le M23 ou aident à le financer. Itimbiri ya Sika a déjà signalé que aussi des soldats congolais qui ne touchent pas leur salaire, vendent en grandes quantités des armes, des munitions et des uniformes au M 23. Parce que celui-ci contrôle de nombreuses mines, le M 23 peut toujours payer en espèces.

Le Rwanda dément tout, ce qui semble exagéré, et a accusé les auteurs de prendre position. Les auteurs du rapport ont prouvé leurs allégations dans le document et ont une bonne attention sur le fait que ils ont répertorié tous les incidents seulement quand ils avaient au moins cinq sources indépendantes. En plus des entrevues avec des déserteurs de groupes de miliciens, le rapport énumère également des photos, qui donnent des informations sur les livraisons d'armes rwandaises, ainsi que les transcriptions des messages radiophoniques interceptés entre les autorités de l'armée et les rebelles rwandais. C'est exact. Mais l'autre moitié des armes que les rebelles utilisent sont venus directement à partir de Kinshasa, l'ONU n'en parle pas.

* ** *** ** *
Rwanda fait de la politique pour la Rwanda, pas pour le Congo. Ceci est normal. Kinshasa par contre baisse le niveau de sécurité ici dans le Nord en enlevant des soldats plus qu'important pour la chasse aux terroristes et les envoie à l'Est, pour qu'ils fournissent les rebelles avec des armes, ce qui est inacceptable. Ceci est la seul responsabilité du chef de l'Armée absolument incompétent depuis dix ans. Il devrait être renvoyé immédiatement à l'enfer.

par Esperence Monoko Polele



Vous avez de la parenté à Kinsásá, Amérika, Erópa? Dites leurs de s'inscrire à itimbiri-sika.blogspot.com pour recevoir chaque semaine des nouvelles du pays par courriel.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentaires en français et en lingála sont acceptés. Il doivent être signé. Avant la publication, ils sont lus par la rédaction.