jeudi 16 décembre 2010

Est-ce que le pape permet ou interdit enfin les préservatifs?

Suite à notre article «Pápa Benwa XVI: Kapɔ́ti bazalí malámu», paru le 25 novembre, les réactions étaient vive. En fait, c'est bien la vérité: Le pape Benoît XVI, admet l'utilisation du préservatif «dans certains cas», «pour réduire les risques de contamination» du virus VIH du sida, selon des sources officielles du Vatican ainsi que d'autres en Belgique. Des précisions du Père jésuite Alubè Ziegler.

Dans le nouveau livre de Benwa XVI., ont a trouvé des réponses importantes. Par contre, dans la presse, il y a deux malentendus. Le premier malentendu est que le pape permis maintenant - au moins dans certains cas - l'utilisation des préservatifs. Voici une erreur. Le pape ne peut ni autoriser ni interdire l'utilisation de préservatifs. Le comportement sexuel - comme toutes questions fondamentales de la vie humaine - sont hors le pouvoir du pape d'interdire ou de permettre à quelque chose. Mais c'est le devoir du Magistère de l'Église, et donc aussi du pape, d'interpréter la volonté de Dieu, comme elle - selon la conception catholique - est dans l'ordre moral. C'est quelque chose de fondamentalement différent.

La volonté de Dieu - interprétée
Dans le premier cas - le cas d'interprétation erronée - le Pape a déclaré: «J'interdit les préservatifs dans mon propre pouvoir absolu.» L'interdiction serait une obligation du pape. Dans le second cas - l'interprétation de l'objet - le Pape dit: «Comme porteur du Magistère de l'Église (mais pas l'unique), je l'annonce fermement: les préservatifs ne répondent pas à l'ordre moral. Par conséquent, ils sont interdites - par Dieu.» Si quoi que ce soit, l'interdiction est donc une interdiction divine et non pas une obligation du pape. Le pape a proclamé seulement. En ce sens, donc, le pape a dit que, selon le Magistère de l'Église, l'utilisation du préservatif n'est pas compatible avec la volonté divine, et n'était donc pas responsable.

La question reste à savoir si le pape a compris et interprété la volonté de Dieu correctement. Depuis la discussion sur l'encyclique «Humanae Vitae», signé en 1968 par Polo VI.,) il y a des doutes graves à cette question, non seulement parmi les laïcs catholiques, mais aussi parmi les représentants du Magistère de l'Église.

Le pape ne fait pas demi-tour
Le second malentendu est celui que le pape a fait demi-tour, et donc donné à «la morale sexuelle catholique» une direction nouvelle. Même cette vision est erronée. Par exemple, les évêques français se sont présentés des années auparavant dans le même sens et donc seulement exprimé ce qui simplement normal.

Mais qu'est-ce que signifient les récentes déclarations de Benwa XVI.? - Vu de près, trois choses:
  • L'idée première conerne l'idéal. Le Pape proclame: Le rapport sexuel est réservé au mariage. Les rapports légitimes ne devraient pas empêcher la conception par des moyens artificiels. Le pape invité les fidèles alors: Vivez selon ces règles.
  • La deuxième idée renvoie à la situation réelle. Même un pape doit se rendre compte qu'une grande partie des hommes d'aujourd'hui - avec ou sans sentiment de culpabilité - ne vit pas de cet idéal. Ã ces gens il a à dire: Si l'idéal n'est pas practicable pour vous, au moins, ne transmettez pas les maladies sexuellement transmissibles et créez de la manière irresponsable une nouvelle vie. Cela signifie en langage courant: Si vous ne pouvez pas correspondre à l'idéal, au moins utilisez les préservatifs. Il s'agit d'une référence à la moindre de deux maux, parmis les deux il faut choisir comme si souvent dans la vie quotidienne. La question devient plus compliqué là, où un conjoint est atteint d'une maladie qui peut être transmise par voie sexuelle. Dans ce cas le préservatif n'est pas utilisé comme contraceptif, mais comme un moyen de protection du conjoint en bonne santé; pour qu'il n'est pas infecté lui aussi avec la maladie. Sur de telles situations se base probablement la déclaration du pape.
Benwa XVI. reste prudent
  • Troisièmement reste le problème qui est associé à une telle déclaration. Par la force normative des faits, la mention du moindre mal devient la proclamation de l'idéal. La couverture médiatique est la meilleure preuve. Avant, il a été dit d'un ton accusateur: Le Pape interdit le préservatif. Maintenant, la presse déclare surpris: Le pape a changé d'avis, pour autoriser les préservatifs, au moins dans certains cas. Demain, ce sera dans les tabloïds: Le pape autorise les préservatifs.
Que conclure de ces considérations? Parce que même et surtout en matière de sexualité, la référence du moindre mal est trop facilement présenté comme l'idéal, le Vatican est bien conseillé, si il reste sage dans ses réactions. Il ya dans l'Église catholique des questions plus importantes que la question du préservatif - comme par exemple les églises de réveille. C'est le pape qui sait cela également.

par Sango Alubè Ziegler s.j.

Le père jésuite P. Dr. Alubè (Albert) Ziegler est né en 1930 à Zurich, Swisi. Depuis 1961, il est conseiller académique. Il a occupé plusieurs postes d'enseignement universitaire en éthique théologique et a été membre de deux comités d'éthique de l'Académie suisse des sciences médicales.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentaires en français et en lingála sont acceptés. Il doivent être signé. Avant la publication, ils sont lus par la rédaction.