jeudi 25 août 2011

Cycle infernal au Jonglei - avertissement pour Dungu et les Mbororo

Pieri, Jonglei, SudanLes raids vengeurs, destinés à s’approprier le bétail d’une tribu concurrente fragilisent le plus jeune état africain, le Sud-Soudan. Le bourg de Pieri et l'état du Jonglei vivent la même tragédie que le Haut-Uele.

Le petit bourg de Pieri, dans le nord du Jonglei, est parmi les plus reculées. Lors de la saison des pluies il est coupé du reste du monde. Jeudi dernier à l’aube quand la dernière édition était sous presse, Pieri, peuplé de Murle, a été le théâtre d’un massacre qui aurait fait au moins 600 morts, 400 au village-même et un millier de blessés. En plus, un certain nombre de femmes et d'enfants fut enlevés. Des hommes des Lou Nuer ont pillé, incendié les maisons et volé des dizaines de millier de têtes de bétail. L'hôpital de Médecin sans frontières, seule organisation non-gouvernementale présent dans le Jonglei a été sinistrés et les médicaments pillées.

Jose Hulsenbek, Médecins sans frontièresLes deux tribus s’assaillent depuis des temps immémoriaux à tour de rôle pour s’approprier les cheptels, un élément de survie économique crucial dans cette région démuni de tout. Selon des sources locales, le raid était une opération de représailles contre un assaut lancé en juin dernier par les Murle sur des villages des Lou Nuer. Jose Hulsenbek de Médecins sans frontières nous explique au téléphone: «Il est difficile de concevoir l’ampleur de cette attaque, tellement elle énorme. Nous sommes encore en train d’essayer d’évaluer toutes les victimes, les blessés et les dégâts.»

* ** *** ** *
En effet, le mosaïque d'une centaine d’ethnies, subdivisées en clans, reste complexe. L’apaisement de ces tensions est l’un des principaux défis auquel est confronté le gouvernement du nouveau pays voisin, indépendant depuis le 9 juillet seulement. Cet assaut de Pieri se distingue par son ampleur, l’acharnement à détruire les habitations au bourg et à anéantir sa population. Il laisse redouter une nouvelle mission punitive en retour, qui perpétuerait le cycle infernal de la violence. Ces attaques récurrentes rendent la région particulièrement instable.

Les problèmes entre Murle et Lou Nuer ressemble à ceux entre la population du territoire de Dungu et les Mbororo (voir
Itimbiri ya Sika du 10 mars 2011). Certes, l'attaque de Pieri était nettement plus violente que ceux dans le Haut-Uele. Mais les problèmes sont les mêmes: nomades poussé par le changement climatique toujours plus vers le Sud d'un côté; la population sédentaire de l'autre. Le Jonglei est loin de chez nous, presque en Éthiopie. Mais comme j'avait déjà écrit dans le titre: ce cycle infernal est un dernier avertissement pour le Haut-Uele: Il faut trouver – comme ailleurs – comment vivre ensmble avec les nomades, qui ne vient pas par plaisir chez nous, mais suivant le rhythme des saison et poussé par le changement climatique, le désert et la sécheresse.

Surtout dans le Uele, évitons de créer de nouveaux problèmes. Le premier, c'est sans doute la terreur, à resoudre toute de suite en éliminant la LRA, groupe le plus dangereux du monde. Le deuxième est la sécurité et le respect des êtres humains, c’est-à-dire la poursuite et la condamnation sévère de tous les violeurs. Et troisièmement de trouver un modus vivendi, donc une manière de vivre avec les Mbororo.


Vu que de Kinshasa il ne faut rien espérer et l'occident se contente de prononcer de grandes paroles, faisont nous-même ce qui est possible. Si nous trouvons un compromis avec les Mbororo, un problème sur trois est déjà résolu. Et le deuxième est aussi faisable. En insistant sur nos droits démocratiques auprès de nos autorités locals et régionals ent pérmanence; pas à 100%, mais au moins partiellement. À bas les problèmes - prenons les choses en mains.


par Esperence Monoko Polele

Carte: OSM, Photo: in

Pour recevoir Itimbiri ya Sika par e-Mail ou par flux RSS, inscrivez-vous simplement sur notre site internet. Ce service est gratuit. Sika Sika SPRL, Aketi (BU).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Commentaires en français et en lingála sont acceptés. Il doivent être signé. Avant la publication, ils sont lus par la rédaction.